OPÉRA EN QUATRE ACTES
LIVRET DE LUIGI BALOCCHI ET D’ÉTIENNE DE JOUY
CRÉÉ LE 26 MARS 1827 À L’ACADÉMIE ROYALE DE MUSIQUE (SALLE LE PELETIER, PARIS)

NOUVELLE PRODUCTION DU FESTIVAL D’AIX-EN-PROVENCE
EN COPRODUCTION AVEC L'OPÉRA NATIONAL DE LYON, LE TEATRO REAL DE MADRID

— AVEC LE SOUTIEN DE MADAME ALINE FORIEL-DESTEZET, GRANDE DONATRICE D’EXCEPTION DU FESTIVAL D’AIX-EN-PROVENCE

Direction musicale
Michele Mariotti
Mise en scène
Tobias Kratzer
Décors et costumes
Rainer Sellmaier
Lumière
Bernd Purkrabek
Chorégraphie
Jeroen Verbruggen
Vidéo
Manuel Braun
Assistant à la direction musicale
Alessandro Bombonati
Chef de chant
Giulio Zappa
Chef de chant & Répétiteur de langue
Mathieu Pordoy
Assistante à la mise en scène
Ludivine Petit
Assistant à la mise en scène
Stefan Czura
Assistante aux costumes
Nathalie Pallandre
Assistante aux décors
Clara-Luisa Hertel
Collaborateur à la vidéo
Jonas Dahl
Moïse
Michele Pertusi
Pharaon
Adrian Sâmpetrean
Anaï
Jeanine De Bique
Aménophis
Pene Pati
Sinaïde
Vasilisa Berzhanskaya
Eliézer
Mert Süngü
Marie
Géraldine Chauvet
Osiride, Une voix mystérieuse
Edwin Crossley-Mercer*
Aufide
Alessandro Luciano
Elegyne, princesse syrienne
Laurène Andrieu
Danseuses et danseurs
Martin Angiuli, Guido Badalamenti, David Cahier, Clémentine Herveux, Lou Thabart, Emiel Vandenberghe, Chiara Viscido
Figurantes et figurants (scène)
Paule Aglietti, Justine Assaf, Loïc Basille, Laetitia Beauvais, Alex Boulin, Maëlle Charpin, Sara Chiostergi, Laura Colin, Gilbert Cordier, Robin Denoyer, Tibo Drouet, Azani Ebengou, Pascal Gabit, Bastien Girard-Lucchini, Anna Kucheva, Perrine Livache
Ali Nadali, Sébastien Raymond, Maxime Robert, Camille Roesch, Capucine Roget, Léo Rosset, Ema Todorovic, Bernard Traversa, Nathalie Vallée, Franck Ziatni
Figurantes et figurants (vidéo)
Bernard Asset, Mickey Aubertin, Loïc Basille, Florence Bonanno, Kilian Chapput, Laurence Galindo, Marjorie Garraud, Simon Gillet, Éric Grimigni, Mathieu Imbert, Léa Keiflin, David Krief, Patrick Marconi, Philippe Martel, Alice Moinet, Matthieu Mora,
Franck Nouzies, Stephan Pastor, Fabrizio Pecorella, Anthony Perroy, Marguerite Pinatel, Marlène Rabinel, Jean Pierre Reginal, Ophélie Rehm, Cyrielle Voguet
Chœur de l'Opéra de Lyon
Chef de chœur
Richard Wilberforce
Orchestre de l'Opéra de Lyon
* ancien artiste de l’Académie

Jamais sujet plus vaste ne s’était offert à un compositeur. Ici la terre et ses puissances essaient de combattre contre Dieu.

Honoré de Balzac, Massimilla Doni (1839)

Rossini est décidément un génie inépuisable dont on ne cesse de redécouvrir les multiples facettes ! Devenu la coqueluche des Français en pleine égyptomanie, il adapte l’un de ses opéras napolitains pour partir à la conquête de l’Opéra de Paris. Récit de la sortie d’Égypte des Hébreux opprimés culminant dans la célèbre traversée de la mer Rouge, Moïse et Pharaon est un grand opéra spectaculaire ponctué de plaies et de prodiges : une œuvre d’une noblesse et d’une puissance dramatique sans pareilles, aux chœurs saisissants et à la vocalité démonstrative, qui a fasciné Stendhal et Balzac en leur temps. Elle est donnée pour la première fois au Festival d’Aix-en-Provence, avec de nouveaux venus prestigieux : Michele Mariotti, grand spécialiste du XIXe siècle italien, mène une distribution on ne peut plus prometteuse, dominée par le Moïse légendaire de Michele Pertusi ; Tobias Kratzer, multi-récompensé pour l’intelligence de ses relectures, évoque les réalités complexes du monde méditerranéen d’aujourd’hui, entre réalisme et utopie.

  • NEW YORK TIMES
    Comme dans Résurrection, les véritables tragédies sont ambiguës mais puissamment évoquées – comme elles le sont aussi dans le Moïse et Pharaon de Rossini mis en scène par Tobias Kratzer.
    [...] Kratzer ne semble pas intéressé par les réquisitoires rageurs, ou par les anciennes accusations de complicité. Sa mise en scène est, plus subtilement et puissamment, une suggestion triste et troublante de notre capacité d’oubli inconscient mais bien trop délibéré.

     
  • FINANCIAL TIMES
    Critiques du Festival d'Aix : un Moïse et Pharaon envoûtant, une Résurrection déchirante
    Kratzer et son équipe ont retourné chaque ligne du livret encore et encore, et le niveau de perspicacité est stupéfiant.

     
  • LIBÉRATION
    Que ce soit sous le ciel étoilé de la cour de l’Archevêché, ou en direct, le 12 juillet sur Arte, il ne faut pas manquer ce rare et bel hommage au chant français.

Évènement lié