CE CONCERT S'INSCRIT DANS LA 5E SAISON, BIENNALE D’AIX-EN-PROVENCE

Soprano
Julia Bullock
Piano
Bretton Brown

FRANZ SCHUBERT — Suleika, D 720 (1821)
Rastlose Liebe, D 138 (1815)

HUGO WOLF — Spanisches Liederbuch, deuxième partie Weltliche Lieder (1889)
12. « In dem Schatten meiner Locken »
36. « Bedeckt mich mit Blumen »

CONNIE CONVERSE — There Is A Vine
One by One (1954)

KURT WEILL — Lost in The Stars (1949)
« Lost in the Stars »
Aufstieg und Fall der Stadt Mahagonny (1927-1929), opéra sur un livret de Bertolt Brecht
« Denn wie man sich bettet, so liegt man »
Wie lange noch? (1944)
Lady in The Dark (1940)
« The Princess of Pure Delight »

LUCIANO BERIO — Quattro canzoni popolari (1946-1947, révisé en 1952 et 1973)
1. « Dolce cominciamento »
2. « La donna ideale »
3. « Ballo »

GIOACCHINO ROSSINI — Mi lagnerò tacendo « Stabat mater »
Mi lagnerò tacendo « Sorzico »

JOHN CAGE — She Is Asleep (1943)
2. « Duet »

PAT CASTLETON (? - 1993) & SPENCER WILLIAMS (1889-1965)
Driftin’ Tide (1933)

CORA « LOVIE » AUSTIN (1887-1972) & ALBERTA HUNTER (1895-1984)
Downhearted Blues (1922)
Lovie Austin Tribute

BILLIE HOLIDAY (1915-1959) & SONNY WHITE (1917-1971)
Our Love Is Different (1939)

NINA SIMONE (1933-2003) & WELDON JONATHAN IRVINE JR. (1943-2002)
Revolution (1969)

NINA SIMONE
Four Women (1965)

BILLY TAYLOR (1921-2010)
I Wish I Knew How It Would Feel to Be Free (1963)

Flamme pure et vaillante : Julia Bullock a été la grande révélation du Rake’s Progress de Stravinski donné au Festival d’Aix en 2017. Depuis, sa carrière a pris un brillant essor, avec pour constante un éclectisme exigeant, la part belle accordée à la musique contemporaine et un engagement fort en faveur de la diversité. Le premier volet du portrait qui lui est consacré est à cette image, allant du lied romantique au jazz, incluant plusieurs compositrices afro-américaines peu connues en France.

Évènement lié