Programme 2023

Concert

Le Festival d’Aix-en-Provence développe en contrepoint de sa programmation d’opéras une ambitieuse proposition de concerts qui en enrichit les orientations dramaturgiques. Il s’appuie pour cela sur les forces en résidence augmentées d’invitations ponctuelles prestigieuses. Et traverse toutes les époques et tous les styles, de Mozart à la création contemporaine, et du concert symphonique au récital de chant en passant par la musique de chambre, le jazz et les musiques de la Méditerranée.

C’est ainsi qu’une soirée-cabaret imaginée par le pianiste Kirill Gerstein en collaboration avec le chansonnier HK Gruber et les metteurs en scène Jos Houben et Emily Wilson prolonge les univers esthético-politiques de L’opéra de quat’sous et de The Faggots and Their Friends Between Revolutions ; ou que le récital du baryton Christian Gerhaher consacré à Schumann et l’exécution de la Septième Symphonie de Mahler par le London Symphony Orchestra entrent en résonance avec le monde de Wozzeck.

Les orchestres à l’honneur

On peut en effet entendre en cette année anniversaire certains des orchestres avec lesquels le Festival a noué un lien privilégié dans une programmation qui les met particulièrement en valeur : le London Symphony Orchestra, pour deux grands concerts dirigés par Sir Simon Rattle et Susanna Mälkki faisant la part belle aux pages symphoniques renommées et à la musique contemporaine ; le Mahler Chamber Orchestra, pour une carte blanche offerte à George Benjamin, dont l’œuvre est étroitement liée à ses vingt-cinq ans d’histoire ; l’Orchestre Balthasar Neumann, pour la grandiose Missa solemnis de Beethoven et une soirée festive dirigée par deux cheffes talentueuses ; enfin l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée et Duncan Ward, pour un périple à travers les différentes cultures musicales qui le constituent.

Portraits et récitals vocaux

La création de Picture a day like this est l’occasion d’un portrait explorant toutes les facettes de l’art de George Benjamin, à la fois compositeur, pianiste et chef d’orchestre. Un autre focus est porté sur la compositrice franco-américaine Betsy Jolas, dont est créée cet été une œuvre commandée par le Festival. Enfin Kirill Gerstein est le troisième artiste placé sous le feu des projecteurs : tout à la fois comme soliste virtuose, chambriste et maître de cérémonie d’une soirée de théâtre musical.

Les récitals vocaux valorisent de manière complémentaire trois grands pans du répertoire mélodique – germanique, russe et latin – dans des pages fameuses ou plus rares. On y entend un liedersänger chevronné, Christian Gerhaher, mais aussi deux grandes voix, Asmik Grigorian et Pretty Yende, qui font leurs débuts au Festival dans un format inattendu dans lequel elles excellent.

Jazz et Méditerranée

Enfin la programmation jazz et Méditerranée, essentiellement instrumentale, déploie une grande variété de dispositifs et de langages : du sextet Mosaïc au Noé Clerc Trio et ses invités, qui fondent plusieurs cultures musicales dans des créations collectives, et des Gharbi Twins à l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée, dont les performances exaltent les valeurs de la transmission et du partage. L’hommage que la saxophoniste alto Lakecia Benjamin rend aux Coltrane est empreint d’une spiritualité qui traverse un large pan de cette programmation.